Random phrase

jeudi 21 mars 2013

Vaste programme, cher ami


Mort aux cons, tel est le titre du roman de Carl Aderhold, où le personnage principal, dans sa quête de libérer le monde des cons, zigouille à tour de bras voisins fouineurs et collègues imbéciles. Le livre ne manque pas d’humour mais au chapitre XXIV, c’est un économiste (tendance libérale) qui, fissa, est expédié ad patres. Personnellement étonné, il est pourtant clair dans l’esprit de l’assassin qu’il est en présence de l’une de ses cibles favorites. Ce qui nous fait nous poser la question: les économistes sont-ils des cons?


A la recherche de l’économiste perdu

Une victime potentielle? (c) El Pais
On comprend que le principal tort de l’économiste en question est de déformer la réalité, jusqu'à ce qu’on n’y comprenne plus rien, laissant un arrière goût d’arnaque : « Il partait toujours d’un exemple précis, une délocalisation qui choquait l’opinion, la révélation d’un gros salaire de dirigeant […], puis une fois le problème posé, il inversait peu à peu les termes de la proposition et l’on finissait par se convaincre que la délocalisation sauvait notre économie, que les hauts salaires relançaient la consommation […] »1. On peut ne pas y voir un manifeste de l’opinion générale, mais l’idée ne peut pas laisser neutre : quand elle n’est pas trop compliquée et réservée à un groupe d’initiés, la réflexion économique sert à manipuler...


On peut donc croire aux manigances des «élites» face à la «plèbe» (comme Fréderic Lordon) ou plus prosaïquement, voir là-dedans l’expert qui s’abrite derrière son jargon pour ressortir des poncifs dont il ignore lui-même l’origine. Toujours est-il qu’on perçoit souvent l’économiste comme celui qui assène son propos, visant à enfumer en même temps qu’à endoctriner, avec souvent l’impression d’être déconnecté de la réalité de tous les jours.

Et effectivement les chiffres confirment que les économistes envisagent le monde différemment de leurs concitoyens: une étude rapportée par The Economist, concernant les Etats-Unis, montre qu’il y a souvent un gouffre entre ce qui est tenu pour acquis par les uns et par les autres, en particulier sur les solutions à apporter à la crise ou encore la taxe carbone.

Question subsidiaire : les économistes sont-ils des vendus ?

Comme en témoignent les récentes levées de bouclier concernant les «économistes au service de Goldman Sachs», la méfiance est intense vis-à-vis de la profession au sujet des intérêts qu’elle défend vraiment. Au-delà des affiliations (dissimulées ou non), il y a un contexte plus large concernant le crédit à accorder à la parole des spécialistes. Si on considère que les plus grandes universités ne servent qu’à produire des menteurs (après tout, ces économistes à la solde de Goldman Sachs sont aussi très souvent passés par le MIT), ne devrait-on pas plutôt faire confiance aux voix nouvelles qui sortent des sentiers battus et dont l’inexpérience garantit la pureté? Pour ma part, voyant la pertinence des sorties médiatiques de prétendus experts en mathématiques financières, je crains que non. Les qualifications ne sont pas qu’un apparat, un certificat de reproduction sociale ou un artifice de domination capitalistique, mais bien un signe de compétence.

Il n'empêche que par leurs manquements, réels ou perçus, les économistes laissent la voie libre aux charlatans en tous genres, particulièrement quand il s’agit de macroéconomie. En effet, celle-ci est par essence difficile à appréhender, parce qu’elle concerne les conséquences d’actions de millions d’individus faisant face à leurs contraintes et structures d’incitations propres. Et quand bien même l’économie en tant que discipline est capable d’expliquer un très grand nombre de phénomènes, il reste encore beaucoup de choses à comprendre même pour les spécialistes. Alors dans un monde où il est impossible de maîtriser tous les sujets, tous les savoirs, qu’est ce qui rend l’expert crédible? Ce sont bien souvent les mots ronflants, l’ajout de complexité inutile, et surtout le costard cravate.

Un récent exemple portugais est tout particulièrement édifiant. Avec une dégaine d’universitaire, un CV long comme le bras et des commentaires bien sentis, Artur Baptista da Silva (en photo ci-dessus) est apparu dans les grands médias de son pays pour expliquer aux Portugais les causes de leurs malheurs et exposer ses solutions. Nombre de gens ont été séduits par cet expert plein de fougue dont les propos résonnaient avec leurs impressions de tous les jours. Sauf que cet homme n'est en fait qu'un escroc à la petite semaine, plusieurs fois emprisonné et particulièrement créatif sur son parcours professionnel.

Au vu de cet exemple, comment faire alors pour éviter une situation où toute parole est bonne à prendre, en particulier en France, où certains des principaux intervenants médiatiques sont simplement formés sur le tas ? La persistance du vote extrémiste lors des élections récentes laisse entrevoir que ce phénomène constitue alors un véritable danger démocratique.

Qu’on lui coupe la chique

Il faut donc clairement se remettre en question, tant sur le fond que sur la forme. Sur le fond, s’il faut laisser tranquille les débats clos depuis longtemps, il faut donner la possibilité de discuter le plus possible des sujets ouverts (régulation bancaire, rôle de la finance dans l’économie etc.). Ceci passera certainement par l’intermédiaire de l’internet, comme en témoigne la dynamique blogosphère américaine, avec en tête de gondole Paul Krugman et son million de followers sur Twitter. En France, sauf erreur de ma part, on attend encore l’émergence d’un polémiste crédible touchant un aussi large public.

Sur la forme maintenant, un peu d’humilité ne peut pas faire de mal. Le manque de transparence qu’on évoquait plus haut a suscité une salutaire prise de conscience, avec une pétition récente de la profession réclamant la création d’une charte éthique. Mais surtout il faut rendre la forme plus accessible, plus claire, et désemberlificoter le propos. Car c’est bien là le nœud du problème : sortir du cercle restreint et convenu des gens qui se comprennent pour toucher un large public.

Et enfin, comme on l’a dit dans le tout premier post d’Economiam, la solution passe par aussi l’éducation, pour permettre aux gens de discerner le bon grain de l’ivraie et aux citoyens de posséder un bagage suffisant pour décider en leur âme et conscience. Tant que l’économie sera un sujet exclu de la plupart des cursus en France, le débat démocratique sera étouffé. Elle ne pourra rester qu’une querelle d’expert à laquelle les extérieurs ne pourront assister qu’impuissants avant, légitimement, de s’insurger…

----------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour une approche légèrement différente du même thème (les grands esprits se rencontrent!), voir le blog Classe Eco : Economistes – La chasse est-elle ouverte ?


1 Les morceaux tronqués concernent le profit des entreprises, que je coupe pour ne pas trop alourdir l’article.

4 commentaires:

Véronique a dit…

Ton billet me rappelle les critiques ciblées sur les chercheurs
du monde scientique: à la solde de qui travaillent-ils? Manipulent-ils leurs
résultats afin de démontrer ce qu'ils pré-supposent, ou ce qui arrange leurs
sponsors? Quel contact gardent-ils avec la réalité, par quelle étique
cadrent-ils leurs travaux? Vaste programme que de protéger la planète des… experts en tous genres - qui sont loin d'être des cons.
Tout de même il y a des garde-fous intéressants: par exemple, ce qui est
indiscutable est à écarter (avec ce faux paradoxe merveilleux que toute vérité
doit pouvoir être contestée pour qu'avance la réflexion); ou encore: c'est de
l'interévaluation entre pairs que se maintient lle contrôle. Je ne sais pas si
l'inexpérience des voix nouvelles garantit la pureté (des intentions?)mais elle
a le mérite de remettre en question les protocoles en place, les routines nées
d'observations statistiques.
Tu as raison de souligner l'importance de surveiller l'impact médiatique des charlatans et autres bateleurs ou politiciens, et du souci éthique, qui sont communs à bien des domaines (la climatologie, par exemple). Comment tout un chacun peut-il se faire une idée correcte des grands sujets (en bioéthique, par ex, ou dans le domaine des énergies: pour ou contre le nucléaire, les nanotechnologies,etc)? Je n'ai pas vraiment de réponse là-dessus, la vulgarisation ayant ses limites.
Mais je partage ton souci que le citoyen responsable doit éclairer son
vote, par exemple… Et en effet, s'éduquer est un chantier fondamental, tout au long de la vie...

Economiam a dit…

Le sujet des garde-fous est tres interessant en economie. Les theories economiques sont soit infalsifiables soit notoirement sujettes a exception: si on en deduit que l'economie n'est pas une science, faut-il donc tout jeter par dessus bord? Ceci agite beaucoup les blogs ici et de l'autre cote de l'Atlantique. Ensuite, concernant le peer-review, il y a actuellement un vent de revolte (surtout chez les physiciens) pour sortir les nouveaux articles dans le domaine public (site arxiv par exemple) au lieu de revues specialisees. Ceci se fait un peu dans l'esprit collaboratif de wikipedia, avec un feedback de la "sagesse des foules" pour faire converger le resultat.

Concernant l'education, vous soulignez un point crucial: elle doit se faire tout au long de sa vie!

jefrey a dit…

Le problème en économie est que la dissonance cognitive est particulièrement génante chez les gens. Les charlatans qui vont dans le sens des croyances sont crédibles alors que les chercheurs honnetes qui tentent d'expliquer des phénomènes sont que trop rarement pris au sérieux si ce n'est carrément ignorés. Heureusement que des blogueurs comme vous continuent ce travail d'éducation et vulgarisation.

Economiam a dit…

Merci de votre commentaire! Je suis assez d'accord qu'en terme de perception, la macroeconomie peut etre contre intuitive et donc faire le jeu de manipulateurs et beaux parleurs en tous genres...

Publier un commentaire