Random phrase

vendredi 9 novembre 2012

L’équipe de foot de Louis Gallois


Louis Gallois a visiblement cru qu’il organisait un match de foot. Sa sélection pour le Mondial, c’est 22 propositions sur le terrain. Comme on pense que l’Equipe va plus se pencher sur les notes de Lyon-Bilbao, on a décidé de faire le boulot nous même, et de noter les propositions (dans le désordre mais toujours sur 10), comme il se doit à l’issue du match.


(5) Mener les recherches sur les techniques d’exploitation des gaz de schiste. Note : 1
Gaz de s*hi*t*.

(4) Créer un choc de compétitivité en transférant une partie significative des charges sociales jusqu’à 3,5 SMIC – de l’ordre de 30 milliards d’euros, soit 1,5 % du PIB – vers la fiscalité et la réduction de la dépense publique (2/3 sur les charges patronales, et  1/3 sur les charges salariales). Note : 8.5 
Tiens, que revoilà la TVA sociale. Décidément elle a tout pour elle : de solides bases techniques, d’illustres prédécesseurs (cette bonne vieille dévaluation compétitive), un passage réussi en Allemagne, et le potentiel pour changer la donne. Seul bémol, un possible temps d’adaptation, difficile à mesurer. Heureusement, il y a la jurisprudence Rai !

(3) Créer un Commissariat à la Prospective, lieu d’expertise et de dialogue social. Accompagner chaque Loi de Finances d’un rapport sur la situation de l’appareil productif fondé sur les travaux du Commissariat. Note : 2
Ca par contre, ça sent le gros pipeau, vite fait et vite enterré. Ca serait vachement plus marrant si au lieu de ca, le Commissaire Navarro se chargeait d’enquêter sur l’appareil reproductif…

(22) Autoriser les entreprises qui le souhaitent à faire présider le Comité d’Entreprise par un représentant des salariés. Note : 3
Clairement, le PDG d’ EDF à besoin de déléguer, parce que ça ne doit pas être facile de gérer deux boites de plusieurs milliers de salariés en même temps.

(6) Aligner les conditions de crédit et des garanties export, en volume, quotité et taux sur le meilleur niveau constaté dans les pays avancés et créer un « prêteur direct » public. Note : 6
Un peu comme ce joueur polonais au nom imprononçable : il faut regarder sur Wikipedia pour voir de quoi il s’agit, et en fait, c’est pas très intéressant.

(7) Sanctuariser le budget de la recherche publique et celui du soutien à l’innovation sur la durée du quinquennat. Note : 7
Très bonne idée, mais avec quelle thune ?

(9) Créer, au sein de la BPI, un produit constitué d’actions de préférence sans droit de vote (bénéficiant en contrepartie d’une rémunération privilégiée). Note : 5
Ah, oui, la thune elle viendrait de là. Décidément, ce diable de Louis Gallois a de la suite dans les idées.

(8) Créer un mécanisme d’orientation de la commande publique vers des innovations et des prototypes élaborés par des PME : objectif de 2 % des achats courants de l’État. Note : 5
Ca, c’est clairement pour relancer le concours Lépine !

(16) Demander aux partenaires sociaux de négocier les modalités de mise en œuvre d’un compte individuel de formation attaché non au statut, mais à la personne. Note : 7,5
Une très bonne idée, qui va permettre de fluidifier le marché du travail, où les carrières reposeront moins sur la formation initiale. Il sera donc plus facile de changer de voie, et plus facile pour les entreprises d’embaucher quelqu’un qui dispose des compétences nécessaires : win-win comme on dit…

(10) Elaborer un équivalent du « Small Business Act », comme cadre de cohérence des dispositifs en faveur de la croissance des PME. Note : 5
Y’avait les élections américaines à la télé quand il a écrit ce rapport le Louis ?

(14) Systématiser la présence des entreprises dans la gouvernance de l’enseignement technique et professionnel au niveau des établissements, des Régions et au niveau national. Note : 7
Sarkozy sort de ce corps ! Ah non, il ne s’agit de que de l’enseignement technique et professionnel. Ouf, l’histoire de l’art a donc toujours de beaux jours devant elle.

(15) Doubler le nombre de formations en alternance sur la durée du quinquennat. Note: ?
Bon, on ne peut pas avoir un avis sur tout…

(2) Introduire dans les Conseils d’Administration ou de Surveillance des entreprises de plus de 5000 salariés, au moins 4 représentants des salariés avec voix délibérative. Note : 6
Une bonne idée pour rendre les entreprises plus participatives et aussi responsables vis-à-vis de ses employés (et plus généralement les stakeholders, ensemble plus large que les shareholders). Seul hic, les employés n’ont souvent pas un kopeck dans la boîte, et peuvent ne pas se comporter en propriétaire.

(11) Conditionner les soutiens de l’État aux actions des grandes entreprises à leur capacité à y associer leurs fournisseurs et sous-traitants. Note: 6
C’est pas vraiment pour la compétitivité, mais il fallait bien le remplir ce rapport !

(12) Renforcer la gouvernance et les moyens des comités de filières de la CNI. Note : 4
Qu’est ce qu’elle vient foutre là ma carte d’identité ? Ah oui merde, en fait c’est la Conférence Nationale de l’Industrie (la quoi ?) Bref, ca va changer ma vie cette proposition!

(13) Donner aux Régions la responsabilité de coordonner l’action des différentes structures régionales en charge de promouvoir l’innovation et le développement de l’industrie, ainsi que d’animer le dialogue social. Note: 3
Histoire de donner un petit coup de pouce à Ségolène en région Poitou-Charentes, elle en a bien besoin (en remerciement, un poutou pour François, et un autre sur le crâne chauve de Louis)

(17) Confirmer aux Commissaires aux comptes qu’ils doivent obligatoirement joindre à leur avis sur les comptes de l’entreprise, un rapport sur le crédit interentreprises. Prévoir des sanctions administratives (DGCCRF) en cas de manquement aux règles sur les délais de paiement. Note: 7
Louis veut mettre au pas les mauvais payeurs, c’est bien, surtout vu l’assèchement du crédit à l’heure actuelle.

(18) Allonger la « durée » des contrats d’assurance vie par une adaptation de leur régime fiscal ; avantager fiscalement les contrats investis en actions et les « contrats diversifiés » par rapport aux contrats dits en euros (placements essentiellement obligataires). Note: 5
Comme ça Papy pourra boursicoter tranquillement. Et puis faut bien la rentabiliser cette taxe Tobin : à quoi ça sert si les gens n’achètent plus d’actions ?

(19) Doubler en cinq ans la capacité de France Investissement (BPI) à développer des partenariats public-privé dans le domaine du capital-investissement pour soutenir les entreprises ayant de forts besoins d’investissement au moment de l’industrialisation de leurs innovations. Note: 4
De l’argent pour investir, c’est bien, mais l’Etat Français est connu comme le loup blanc quand il s’agit de choisir les gagnants de l’économie de demain… Le must serait de mettre Charles Pasqua en charge, histoire d’arroser les caisses noires de l’UMP, et d’être sûrs qu’on fait bien les conneries comme il faut.

(20) Donner au CGI la mission de porter trois priorités techniques et industrielles : (1) les technologies génériques, (2) la santé et l’économie du vivant et (3) la transition énergétique. Note : 6
CGI : A. Commissariat Général à l’Investissement? B. Code Général des impôts ? C. Comportement Globalement Identitaire ? D. La reponse D ?

(21) Accompagner toutes les décisions européennes concernant la concurrence d’un avis d’experts économiques et industriels extérieurs à la Commission ; cet avis serait public. Note: 2
Clairement y’a pas assez de technocrates à la Commission, il faut encore en rajouter une couche. Encore un bel exercice de futilité.

(1) L’État s’engage à ne pas modifier cinq dispositifs, au moins, au cours du Quinquennat :
- le crédit impôt recherche
- les dispositifs dits « Dutreil » favorisant la détention et les transmissions d’entreprises
- la contribution économique territoriale (68 modifications de la taxe professionnelle en 35 ans !)
- les incitations « sociales » aux jeunes entreprises innovantes, rétablies à leur niveau de 2010.
- les dispositifs en faveur de l’investissement dans les PME, notamment «l’IR PME» et «l’ISF PME»
Note : 5 
Tout n’a pas la même importance dans cette liste. N’empêche, il faut admirer l’art de noyer le poisson concernant des impôts supplémentaires. On dirait un casse-tête de Mickey Parade.

Et bien sûr, comme dans tout bon match de foot, ne pas oublier les remplaçants, au premier rang desquels, les « souplesses nouvelles » en terme d’emploi. Ca veut dire plus de stagiaires plus longtemps pendant que d’autres restent dans leur petit cocon bien au chaud. On a vu comment ça a marché en Espagne…
Enfin, les absents ont toujours tort : quid d’une reforme du système judiciaire, qui désengorgerait les tribunaux et favoriserait l’investissement en évitant les incertitudes sur la régulation et les coûts judiciaires inutiles ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire